jeudi 11 avril 2013

Prévenir la douleur chronique par la gestion du stress

Selon des chercheurs de l'Université de Montréal, les personnes aux prises avec de la douleur chronique, qu'elle soit cancéreuse ou non, devraient se protéger contre les effets négatifs du stress.

Une étude publiée dans le prestigieux journal Brain de l'Université d'Oxford au début de l'année 2013 et signée par le Dr. Pierre Rainville, P.h.D. en neuropsychologie, chercheur au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) et professeur à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal, et son étudiant, Étienne Vachon-Presseau, doctorant en neuropsychologie, vient démontrer ce que plusieurs avaient déjà observé. 

En effet, les relations entre une mauvaise gestion du stress, la douleur chronique et les fonctions de l'hippocampe, organe du cerveau jouant notamment un rôle important sur la mémoire et dont plusieurs études ont observé une atrophie suite à une exposition prolongée au stress, sont au cœur de concepts relativement nouveaux. Plusieurs pensent d'ailleurs que ces liens pourraient expliquer la persistance de la douleur chronique et les différences individuelles de son intensité.


 Cette étude a été réalisée sur 16 sujets atteints de lombalgie chronique et 18 sujets sains, sur lesquels les chercheurs ont évalué quatre facteurs pour ensuite observer le lien entre eux:

1- Le taux de cortisol, aussi connu comme l'hormone du stress, dans la salive des participants;
2- La douleur ressentie par les participants le jour de l'évaluation;
3- Le volume de l'hippocampe;
4- L'activation du cerveau, mesurée par IRM, suite à des stimulations douloureuses.

Les résultats obtenus démontrent qu'un hippocampe plus petit serait relié à des taux de cortisol plus élevés que la moyenne et une réponse plus intense à la douleur dans une région du cerveau impliquée dans l'anxiété reliée à la douleur. Les auteurs en concluent donc qu'un volume réduit de l'hippocampe pourrait être une prédisposition à une réponse exagérée face au stress et donc au développement de douleurs chroniques. Des interventions visant à enrayer la douleur chronique d'un individu devraient donc traiter la source de la douleur par l'entremise d'ateliers de réduction de stress et d'anxiété.


Comme l'activité physique peut être considérée comme une approche efficace dans le traitement de la dépression et de l'anxiété de par ses processus physiologiques, biochimiques et psychologiques, elle ne devrait pas être négligée lors de la prise en charge d'une personne aux prises avec de la douleur chronique. Le suivi d'un kinésiologue et l'ajout d'activité physique au quotidien, en plus des traitements psychothérapeutiques et pharmacologiques, pourraient même devenir les composantes les plus économiques et les plus efficaces pour le traitement de la douleur chronique à long terme au sein de la population.

Références


Matos, M.G. de, Calmeiro, L. and Fonseca, D. da. 2009. Effet de l’activité physique sur l’anxiété et la dépression. La Presse Médicale. 38(5): pp.734-739.

Vachon-Presseau, Etienne et al. 2013. The stress model of chronic pain: evidence from basal cortisol and hippocampal structure and function in humans. Brain. 136; 815–827.

Pour en savoir plus

Coalition Canadienne contre la Douleur: www.canadianpaincoalition.ca
American Psychological Association: www.apa.org
Kino-Québec: www.kino-quebec.qc.ca

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire